Quel est le problème

Chaque année, près d’un milliard de volailles et 37 millions de bovins, cochons, moutons, chèvres et équidés sont transportés vivants à l’intérieur de l’Union européenne et vers des pays tiers.

 

Leur voyage peut durer plusieurs jours exposant les animaux à l’épuisement, à la déshydratation, aux blessures, aux maladies et même à la mort. Pas même les animaux vieux, faibles ainsi que les nouveaux nés sont épargnés. Des animaux fatigués, affaiblis par des années de production en confinement, avec des os fragiles ou brisés. Jeunes veaux non porteurs, forcés de se tenir debout, pendant des heures et des jours, dans des camions encombrés, sans nourriture et sans entretien. Tous subissent la même épreuve.

La situation est encore pire lorsque les animaux sont transportés hors de l’UE, où les trajets durent des centaines d’heures sans interruption et les animaux sont confrontés à un traitement brutal à leur arrivée.

Une enquête menée par Eyes on Animals et TSB / AWF a démontré que 70% du camion inspecté à la frontière bulgare, qui est une porte de sortie notoire de l’UE, violaient le règlement de transport de l’UE de 2010 a 2015. Leurs équipes ont trouvé des animaux affamés, sans eau dans un camion stationné en plein soleil pendant 24 heures, des moutons qui attendaient debout pendant 5 jours sur des carcasses d’agneaux qui ont été piétinés à mort. Ils trouvent également systématiquement des animaux dans des souffrances terribles, expédiés vivants sur de vieux navires non conçus pour transporter le bétail des infrastructures. Sans vétérinaire à bord, les animaux sont régulièrement retrouvés malades, blessés et morts à la fin de leur périple. Pas une fois, pas deux fois, mais régulièrement leurs équipes ont été confrontés et ont mis en évidence ces réalités choquantes.

Nous demandons le transport de viande plutôt que le transport d’animaux vivants. Le transport des animaux vivants doit être limité à 8 heures pour les mammifères et à 4 heures pour la volaille.

Faites-vous entendre. Arrêtons les longs transports d’animaux vivants

CONTEXTE POLITIQUE

L’Allemagne, les Pays-Bas et le Danemark ont conjointement demandé à la Commission européenne une révision de la réglementation régissant le transport d’animaux vivants (Règlement CE 1/2005 du 22 décembre 2005). La Suède a suivi cette initiative.

La révision de la réglementation permettrait : - Sa meilleure application sur le terrain. - Une adaptation de la réglementation aux récentes données scientifiques sur le bien-être et la santé animale. - Une meilleure prise en compte de certaines espèces qui sont, pour le moment, oubliées de la réglementation actuelle. - D’appliquer de multiples exigences plus strictes quant à la qualité du transport d’animaux vivants. - De renforcer les connaissances et compétences des transporteurs via une meilleure formation.

Nous appelons les gouvernements des autres pays membres de l’Union européenne à soutenir l’initiative de l’Allemagne, du Danemark, de la Suède et des Pays-Bas.

Pour lire et envoyer la lettre adressée au gouvernement français cliquez ICI

CONTEXTE ECONOMIQUE

Certaines enseignes de la grande distribution ont saisi l’opportunité de mener des changements et ont d’ores et déjà porté des améliorations quant à leur mode d’approvisionnement, notamment en privilégiant les circuits courts. Les consommateurs ont le pouvoir non négligeable de valoriser les acteurs de la grande distribution qui mènent ces changements au bénéfice des animaux. De nombreux projets encouragent les citoyens à consommer de la viande locale. De nouvelles règles européennes permettent aux consommateurs de faire le choix d’une viande provenant d’animaux nés, élevés et abattus dans le même pays, ce qui permet aux citoyens de réaliser des choix informés.

Par exemple, la viande étiquetée « Origine France » / « Viande de France » garantit que l’animal a été transporté, engraissé et abattu exclusivement en France.

PROGRÈS DE LA CAMPAGNE

À la suite de cette campagne, six gouvernements de l'UE (l'Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark, la Suède, l'Autriche et la Belgique) ont déjà demandé à la Commission européenne de réviser le règlement européen des transports. Ces pays souhaitent introduire des exigences plus strictes et plus spécifiques pour le bien-être des animaux vivants pendant le transport. Avec votre aide, cette campagne vise à assurer que d'autres gouvernements de l'UE appuient cette révision législative. 700.000 citoyens de l'UE ont déjà signé la campagne, mais nous avons besoin de plus d'aide pour STOPTHETRUCKS maintenant. Agissez des maintenant et envoyez la lettre à votre ministre ICI

Agissez maintenant

Help Eurogroup for Animals and its members across Europe to Stop The Trucks

— Eurogroup for Animals Team —

FOLLOW US

Investigation

Members active on this campaign

RSPCADyrenes BeskyttelseVier PfotenGAIADieren Bescherming
AndaAnimal ActionAnimal Welfare FoundationDjurens RattThe Dondey SanctuaryDetuscher Tierschutz BundFondation Brigitte BardotOtwarte KlatkiL214LAVSEYTierschutzbund ZürichWelfarmWorld Horse WelfareCompassion in World FarmingSloboda ZvieratDzīvnieku DraugsAnimal InternationalAnimal Friends CroatiaLietuvosFAADAANIMALIA

Special thanks to Eyes on Animals for their help in our campaign.

If you want to learn more about Eurogroup for Animals and its members click here.

Back to Top